Edito de janvier 2022

Janus ou Jambier. That is the question. L’un appelle les divinités, les croyances, la volonté d’initier, l’autre hurle 2000 francs, Bourvil, Audiard et le 45 rue Poliveau. Le registre s’en retrouve bien différent, le thème de janvier et sa sélection tout autant. C’est parti d’un malentendu. J’ai toujours adoré ce qu’on comprenait phonétiquement enfant et qui apparaît un jour, au détour d’une situation non anticipée comme autre chose. Par exemple, j’ai toujours cru que YMCA était une chanson écrite pour « William Siyé », une célébrité que je ne connaissais pas ; ou que la pub « Hollywood chewing-gum » nous invitait à prendre « un p’tit bout d’chewing-gum »…et puis en grandissant on y voit plus clair, on comprend une certaine réalité…à tort ou à raison ! Janvier c’est un peu ça. J’ai compris ce matin, en travaillant l’édito de janvier que ce n’était pas janvier qui habitait au 45 rue Poliveau mais bien Jambier. Jambier que Gabin hurlait encore et encore afin d’escroquer 2000 francs à Louis de Funes quand la valise est finalement un peu plus lourde que prévu. Jambier donc. Jambier et sa volonté de faire traverser Paris à un cochon pour que le bon survive et continue d’alimenter les Parisiens affamés et avides de bons produits. Jambier n’est donc pas Janvier, mais comme j’affectionne ces erreurs phonétiques, disons que Jambier c’est l’inspiration de Janvier. Jambier pour commencer l’année et avec lui, Paris, forcément, le noir et blanc, les gouailles, les titis, l’atmosphère, le gris, la Seine, les toits en zinc, les bus, le vert bouteille, les silhouettes des immeubles découpées, les triplettes, les petits balcons, les jardins, guignol, les pavés, l’obélisque, les vues volées sous certains angles des ponts, les arches, le métropolitain, les portes, les vitrines... Jambier c’est la volonté de poursuivre, continuer et trouver les façons d’y arriver, déguster, profiter et se souvenir que l’humeur à Paris doit se désolidarisée du temps qu’il fait afin de ne jamais perdre de vue que la mission de chacun n’est pas d’attendre que les orages passent mais bien d’apprendre à danser sous la pluie.

Slider

Les produits de "Jambier"